Pontarlier & Villers-Le-Lac (FRANCE) / Boudevilliers (SUISSE)
03 81 39 72 95 (FRANCE) / 078 752 39 88 (SUISSE)

Travaux de recherche

Dans cette section, et loin de l’hypnose de spectacle, Isabelle Croissant partage avec vous les expériences réalisées dans le cadre de ses très sérieux travaux de recherche et de développement menés en parallèle de son activité de Maître praticien en hypnose.

Ces expériences sont systématiquement mises en place à l’identique à des moments distincts sur 3 sujets différents (volontaires et pleinement informés – d’âge, de sexe, de nationalité et de religion différents).

Avec ces recherches, Isabelle Croissant cherche à approfondir nos connaissances sur le conscient et l’inconscient et leurs capacités à interagir entre eux mais aussi avec des personnes ou des événements extérieurs.

Pour chaque expérience, le patient est tranquillement et confortablement installé dans un fauteuil. A ses côtés, Isabelle Croissant l’invite à se détendre et à concentrer son attention sur lui-même. Après avoir vérifié que le patient se trouve bien en état d’hypnose, l’expérience peut commencer.


Incarnation

Dans cette nouvelle série d’expériences, Isabelle Croissant va inviter ses patients à revenir au moment où ils ont pris la décision de s’incarner.

Monsieur LR

Monsieur LR explique à Madame Croissant qu’il se trouve dans une immensité blanche remplie d’amour. Il a tout à fait conscience qu’il est un tout. Puis qu’à un moment donné, il a envie de se ressentir un, de manière individuelle. Il reçoit alors des encouragements autour de lui « vas-y, c’est bien, c’est une bonne expérience, elle est enrichissante », son initiative est donc vraiment valorisée. Mais le fait d’être un ne passe que par la matière donc il sait qu’il doit se réincarner. Lorsqu’ il prend cette décision, il devient alors comme une comète qui se déplace à une vitesse vertigineuse. Il est comme un point qui se détache de ce tout, de cet endroit où tout est lumineux, amour et dans lequel il se sent bien pour devenir un point lumineux qui se déplace vers le temps et l’espace à très grande vitesse : cela fait comme un trait de lumière… Il est alors stoppé net dans sa phase d’incarnation et arrive dans un endroit un peu particulier, pas très agréable car il est obligé d’attendre car ce n’est pas prêt. Isabelle Croissant lui demande alors : « Qu’est ce qui n’est pas prêt ? » Ce à quoi Monsieur LR répond « Ce n’est pas prêt, il faut que j’attende là un moment ». Puis tout à coup, il sait pourquoi il est là, il partage : « Parce que toute ma mémoire d’avant est en train de s’effacer c’est la condition pour que je puisse rentrer dans la matière ». Ce qui fait qu’au bout d’un moment, Isabelle Croissant lui repose la question « Qu’est-ce qui n’est pas prêt ?» et Monsieur LR lui répond : « Je ne sais pas » indiquant ainsi qu’il a tout oublié, même ce qu’il faisait là : Sa mémoire a été effacée. Et à ce moment-là, il explique recevoir l’aval de l’incarnation.

Madame DC raconte :

 « Au tout départ, il y a cet endroit avec plein de paillettes, un peu comme les facettes d’un Kaléidoscope. Ces paillettes là c’est comme du Crystal ou quelque chose comme ça et moi je suis une de ces paillettes. Dans cet endroit, il n’y a pas vraiment de lumière, ni de couleur, je dirais noir mais même pas. Les paillettes bougent très lentement une espèce de gros nuage qui aurait des contours, pour former une sorte de masse noire malléable qui semble aller un peu plus vite que les paillettes elles-mêmes mais très très lentement quand même. Moi, je suis là-dedans et là-dedans, je suis un des points, une des paillettes. C’est noir cet endroit, je fais partie de ce truc là encore. A un moment donné, c’est comme si cette masse-là expulsait un petit point noir et c’est là où ça va hyper hyper vite : J’ai l’impression que c’est très très long pour autant mais que c’est très rapide et ça amène dans cet endroit gris où là il faut attendre. Attendre, le fait d’attendre n’est pas agréable. Attendre quelque chose, le bon moment. Attendre le bon moment. Et quand c’est le bon moment c’est comme s’il y avait un endroit, un passage, une lumière, quelque chose qui fait que là ça va aller, il va se passer quelque chose et je vais me matérialiser complètement, je dirai quelque chose comme ça. C’est comme si la notion de temps apparaissait avec cette histoire, elle se matérialise dans cette masse noire, la réalité du temps apparait dans l’espace gris, avant il n’y a pas de notion d’espace et de temps. »

Régressions

Dans cette nouvelle série d’expériences, Isabelle Croissant va inviter ses patients à remonter à la période de leur naissance et avant.

Madame ORA raconte :

« Je suis allongée confortablement dans le fauteuil et je me détends, guidée par la voix d’Isabelle Croissant. Isabelle Croissant me suggère de remonter le fil du temps de ma vie depuis cet instant jusqu’à ma naissance. Je fais rapidement un zoom arrière sur les différentes situations de ma vie et bientôt je me retrouve juste après ma naissance près de ma mère à la clinique. Je vois mes petites mains, mon petit corps est emmailloté dans des vêtements clairs où je me sens à l’étroit, le tissu sur ma peau est très très désagréable, un peu rêche.

Isabelle Croissant me propose alors de remonter avant la naissance. Je nage dans un liquide, puis je suis au-dessus du corps de ma mère. Je remonte plus loin et me dirige là d’où je viens. Je monte comme dans un tuyau, très rapidement et me retrouve dans un endroit allongé improbable qui flotte dans l’espace. Un endroit sans plafond, sombre vers le haut.

Là se tiennent des sortes d’êtres vivants jaunes, sur deux longues colonnes sans fin. Un disque doré, tel un disque vinyle me donne l’impression d’une tête et deux bâtons verticaux partent du centre et viennent se poser sur le sol tels des pieds. Ces sortes de pieds s’allongent, comme deux lettres L. L’intérieur du disque est formé d’une spirale gravée. Je regarde ces sortes de choses-êtres et ressens aussi l’ambiance étrange qui règne dans ce lieu : il y a comme une grande activité silencieuse. Je me trouve en fait dans une sorte de quai de gare céleste avec deux files d’attente. Sur la file de droite, chaque être est tourné vers la droite devant une sorte d’appareil, de machine, on dirait un distributeur de tickets de bus, mais c’est autre chose. La file de gauche leur tourne le dos et chaque être est également devant un de ces appareils. Parmi ces centaines de formes, mon cœur est attiré par un de ces disques dorés sur pattes à ma droite. Je peux ressentir qu’il se demande si un retour sur Terre est envisageable (soudain c’est comme si je suis le disque) et au même moment, un souvenir : des touches de couleurs de fleurs des champs dans un pré et cette vision lui donne une intense émotion. Dans mon for intérieur je me dis : Hé bien …retourner sur terre pour l’amour des fleurs… on ne peut pas dire que ma mission est des plus hautes, ça vole plutôt à raz les pâquerettes me dis-je….)

Isabelle Croissant me propose alors d’aller plus loin, plus haut, de laisser ce lieu… Maintenant je me déplace très lentement vers le haut et les images sont assez sombres, en noir/blanc/gris. Je me retrouve dans un espace confiné et je sais dans mon for intérieur que je ne suis pas perdue. Une voix m’explique que pour trouver la lumière, je dois redescendre sur la terre – vivre et remonter par la droite. C’est le même chemin que montrent ces êtres-disques. Je pars du cercle du disque, je descends, je vis horizontalement sur terre et je me remonte verticalement dans la lumière. Je viens donc à la vie – naissance très rapide – bébé très difficile pour mes parents (beaucoup de pleurs les premières années).

Isabelle Croissant me demande si j’ai choisi le lieu où je suis née … Dur à dire! Lorsque je vois ce beau paysage du Valais, je suis venue pour les montages, la nature, le village, le lieu oui je l’ai choisi  mais je n’arrive pas à sentir clairement que j’ai choisi cette famille. »

Madame DK

Madame DK dans cette expérience de ce qui se passe avant sa naissance, se retrouve comme en suspens quelque part. Elle précise que c’est elle qui choisit ses parents : Elle a la certitude que c’est là qu’elle doit aller. Elle doit néanmoins leur demander leur accord. Et lorsqu’elle reçoit leur OUI magistral, elle veut encore plus aller là car elle se sent portée par beaucoup d’amour vis-à-vis d’eux. Une fois acceptée, elle se retrouve dans une file d’attente bondée mais très silencieuse. Madame DK indique ne pas pouvoir décrire les personnes qui l’entourent car elles n’ont pas d’apparence physique. Elle sait juste que chacun attend son tour en silence et de manière très ordonnée et disciplinée.

Monsieur LR

Au cours de cette expérience régressive, Monsieur LR se retrouve dans un jardin magnifique aux côtés de son grand –père qui est beau, jeune, une quarantaine d’année, en pleine force de vie, emplit d’amour. Il insiste lui aussi sur le fait qu’il ressent beaucoup beaucoup d’amour.

Il précise également que c’est lui qui  décide de là où il va aller, qu’il choisit ses parents. Il est d’ailleurs particulièrement impatient d’y aller. Il se retrouve à son tour au milieu d’un groupe de gens ou d’âme, il ne sait pas comment les nommer, qui toutes vont redescendre s’incarner. Et surtout il a vraiment peur qu’on lui prenne sa place. Comme il sait exactement là où il veut aller, et que c’est très important pour lui d’aller là précisément ;  il ressent la peur de se faire voler sa place.


Explorations futures

Dans cette nouvelle expérience, Madame Croissant invite chacun de ses patients à se projeter dans l’avenir.

Madame KD

Madame Croissant lui demande de se projeter dans le futur et l’interroge sur quelques chose de précis : le résultat des élections présidentielles (nous sommes alors en janvier 2017).

Madame DK répond clairement « Monsieur Macron ».

Pour continuer sur quelque chose de plus léger , Madame Croissant lui propose de s’intéresser aux résultats du prochain Loto. D’emblée, Madame DK annonce « 18 – 7- 15 » puis s’arrête. Elle indique qu’elle n’y arrive plus et que c’est maintenant elle qui réfléchit, que ça l’embête et donne finalement des résultats en précisant qu’elle le fait en « toute conscience » : « 22 – 14 et 8 ».

Madame DK ira finalement jouer ces 6 chiffres au loto et 3 seront effectivement tirés : le 7, le 15 et le 18.

Madame ORA

Madame ORA explique que dans le futur tout lui semble étrange, intriguant et intéressant, comme si elle avait un intérêt scientifique.

Madame Croissant interroge Madame ORA sur les événements qui vont se produire dans les 10 jours à venir (nous sommes alors en janvier 2017). Madame ORA parle d’une sorte de chantier, d’un amas de terre, de déchets où elle voit une énorme main mécanique entre 2 étages d’un immeuble tenant une grande sphère blanche. Elle répète « Un chantier ».  Madame Croissant la questionne sur ce que peut être cette grande sphère blanche. Madame ORA répond ne pas savoir mais que c’est comme une comète en feu qui s’approche de la Terre à grande vitesse et surtout que c’est quelque chose de nouveau, d’inconnu.

Une vingtaine de jours environ après la séance, la Nasa annonce la découverte d’exoplanètes : https://www.sciencesetavenir. fr/espace/la-nasa-promet-une- annonce-importante-le- mercredi-22-fevrier-2017_ 110713

https://www.20minutes.fr/ sciences/2019731-20170224- decouverte-sept-exoplanetes- si-elles-habitables- colonisation-planetes-possible

Monsieur LR

Aucune date précise n’est donnée à Monsieur LR. Une fois en état d’hypnose, Monsieur LR dit se trouver dans une immensité blanche, douce avec beaucoup d’énergie et énormément de mémoire.

Il situe le passé est « en bas ». Il lui parait compact, plus noir et solide alors que l’avenir est plus léger, pas solide. Les sons sont beaucoup plus agréables dans l’avenir que dans le passé, tellement mélodieux qu’on a envie de les suivre.

En s’aventurant dans l’avenir, Monsieur LR indique s’être retrouvé face à des formules mathématiques qu’il ne comprend pas. Des formules qui semblent flotter dans l’espace, il n’a pas la capacité de les comprendre, il les voit distinctement mais ne les comprend pas.


Explorations passées

Isabelle Croissant va sélectionner différentes dates historiques qu’elle va soumettre à ses patients. L’objectif de cette expérience est de savoir si les patients sont capables de découvrir à quel événement chaque date correspond mais également et surtout d’essayer de comprendre par quels moyens ils obtiennent l’information.

12 août 2000

La première date donnée à chaque patient est le 12 août 2000. Cette date a été choisie par Isabelle Croissant qui sait exactement à quoi elle correspond.

Madame DK va s’exprimer de manière décomposée en citant des mots plus qu’en faisant des phrases, comme si elle commentait un tableau : « Russie…, Amérique… » dit-elle, avant d’énumérer des noms de mers puis d’ajouter « nord…,  sous-marin…,  missile tiré sur un bateau…,  erreur…,  des morts » et enfin de préciser  « C’est un bateau qui est coulé, c’est caché, parce que c’est dû à une erreur ».

Madame ORA commence par dire qu’elle visualise une plage, il y a de la forêt  et un village hors de l’eau dans une pente qui descend jusqu’à la plage. Puis elle voit des tanks disposés en une très longue ligne tous serrés les uns contre les autres. Tout à coup lui apparaît comme une base militaire puis elle annonce qu’il y a une fissure, que la terre s’ouvre et que les tanks s’engouffrent dans la crevasse, l’eau les submergeant. Elle précise que c’est au Nord et qu’il fait sombre, qu’elle a une sensation de fumée et de noirceur avant d’exprimer que c’est difficile : « C’est le chaos » dit-elle même.

Soudain, elle prononce les mots « accident de sous-marin » puis « torpille » « en Mer du Nord ».

Monsieur LR parle lui d’un attentat, il voit des montagnes qui tombent dans l’eau. Puis il exprime une sensation d’inconfort et précise qu’il ne veut pas rester là. Madame Croissant met donc fin à cette expérience.

Le 12 août 2000 correspond au naufrage du sous-marin russe « Koursk » : https://fr.wikipedia.org/wiki/K-141_Koursk

14 mars 1879

La seconde date proposée aux patients, n’a pas été choisie par Isabelle Croissant et celle-ci ne connaît pas la nature de l’événement qui correspond. Il s’agit du 14 mars 1879.

Pour Madame DK, cela semble cependant évident et la réponse fuse : « Einstein » dit-elle.

Avec Madame ORA, la réponse fuse : « Scientifique, Einstein » dit-elle.

Monsieur LR, quant à lui,  dit immédiatement qu’il s’agit de la date de naissance d’un scientifique connu mais il ne le nomme pas.

Le 14 mars 1879 correspond à la date de naissance d’Albert Einstein :https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Einstein

14 octobre 1806

Cette troisième date proposée aux patients n’a pas été choisie par Isabelle Croissant. Celle-ci ne connaît pas la nature de l’événement qui correspond et ne se renseigne volontairement pas avant l’expérience. Il s’agit du 14 octobre 1806.

Madame DK, voit une parade avec des gens  à cheval qui se rendent à une cathédrale. L’ambiance est particulièrement festive et Madame DK précise que ce sont des militaires à cheval.

Monsieur LR donne une réponse nette : « Napoléon ». Lui aussi mentionne une cathédrale où une foule immense attend le cortège.

Madame ORA, quant à elle, fait également mention d’une cathédrale avec beaucoup de monde et d’une parade avec des chevaux.

Le 14 octobre 1806 correspond à la bataille d’Iéna :https://fr.wikipedia.org/wiki/ Bataille_d%27I%C3%A9na

4 octobre 1958

Cette nouvelle date,  le 4 octobre 1958, n’a pas non plus été choisie par Isabelle Croissant mais cette dernière sait que cela correspond à la constitution de la 5ème République :https://fr.wikipedia.org/wiki/ Constitution_fran%C3%A7aise_ du_4_octobre_1958

Madame DK, à l’évocation de cette date, part, elle dans une toute autre direction : « Sartre et Beauvoir sont en conflit suite à un écrit de Beauvoir ». Madame Croissant lui demande alors si elle voit autre chose. Madame DK mentionne alors « des accords », « des tractations », « des papiers » avant de de citer tout à coup « De Gaulle».

Isabelle Croissant ne sait pas de quoi Madame DK parle quand elle mentionne le conflit entre Sartre et Beauvoir. Quelques recherches permettront d’établir qu’à cette date Simone de Beauvoir donne une interview sur une radio canadienne et ses propos déplaisent à Jean-Paul Sartre ce qui créent un conflit.

A l’annonce de cette date, Monsieur LR, lui, dit immédiatement « De Gaulle »

Madame ORA quant à elle dit ne pas savoir à quoi correspond cette date.

15 janvier 1909

En indiquant la date du 15 janvier 1909, Isabelle Croissant demande à chacun des patients « Quel territoire a été découvert à cette date ? »   Madame DK, qui s’exprime toujours de manière découpée, parle de « Pôle Nord », indique qu’ « il y a de la neige », puis mentionne « Amérique du sud », avant de dire « Non, c’est plus bas » puis « beaucoup plus bas » et « Je ne sais pas où c’est » puis de finir par lancer « Pôle Sud ! ».

Monsieur LR parle, lui, d’une immensité blanche mais il ne sait pas la situer.

Enfin, Madame ORA décrit également une immensité blanche recouverte de neige et très pure sans jamais citer de lieu.

En effet, le  15 janvier 1909 après près de 3 mois d’expédition, les aventuriers anglais, David, Mawson et Mackay, plantent le drapeau anglais à l’emplacement du Pôle Sud magnétique :https://www.voyage- antarctique.com/sur-l- antarctique/antarctique- epopees-polaires.html

Communication d’inconscient à inconscient

Isabelle Croissant demande à son patient de tenter de deviner l’objet qu’elle a dissimulé dans sa main (sans que le patient n’ait au préalable eu l’occasion d’entrevoir l’objet).

L’expérience permet de démontrer que les 3 patients sont capables de deviner l’objet dissimulé de manières différentes : 2 patients sur 3 sont capables de nommer directement l’objet dissimulé comme s’ils le voyaient ou l’avaient vu tandis que le 3ème patient mentionne qu’une voix intérieure lui a soufflé la bonne réponse.


Ubiquité ou faculté à être présent en des lieux différents

Madame KD

Isabelle Croissant demande à Madame KD si elle sait où se trouvent ses filles – Madame KD a deux filles, toutes deux étudiantes. Madame KD affirme ne rien voir. Isabelle Croissant amène alors la patiente dans l’état source. Nous sommes le 26 septembre 2016 et il est 17h45. Madame KD affirme qu’une de ses filles est à l’université mais que la seconde ne s’y trouve pas (alors qu’elle est supposée y être à cette heure-là) – Madame KD confirmera plus tard que sa seconde fille a effectivement fait l’école buissonnière ce jour-là.

Profitant de l’état source dans lequel est sa patiente , Isabelle Croissant décide de poursuivre l’expérience et l’interroge sur la météo de Vancouver au Canada où sa propre fille réside à ce moment-là. Madame KD répond que le temps est couvert mais sec. L’information sera bien confirmée par téléphone par la fille d’Isabelle Croissant.

Madame ORA

Isabelle Croissant invite Madame ORA à aller voir sa fille – Madame ORA a une fille pré-adolescente. La patiente a une vision très nette de sa fille. Celle-ci est en classe de neige et Madame ORA la voit sur un télésiège en compagnie d’une amie.  Madame ORA demande alors à Isabelle Croissant d’interrompre l’expérience car elle a l’impression d’être trop intrusive dans la vie de sa fille. Isabelle Croissant va donc lui proposer de se rendre sur un lieu de son choix. Madame ORA visualise rapidement son lieu de travail et voit son collègue, debout en train de lire un journal en buvant son café dans la salle de pause. Lorsque Isabelle Croissant propose à la patiente de lire le nom ou un titre du journal, celle-ci n’y parvient pas.

Au moment des vérifications, la fille de Mme ORA confirme une heure plus tard qu’elle était effectivement bien en train de skier, il lui est cependant difficile de dire si au moment exact de l’expérience elle était bien sur un télésiège.

De son côté, le collègue de Madame ORA confirme qu’il était bien en pause au moment de l’expérience, lisant son journal et sirotant un café.

Monsieur LR

Isabelle Croissant guide le patient dans l’inconscient collectif. Celui-ci déclare immédiatement ne pas s’y sentir bien, et ressentir beaucoup de vibrations : « Il y a le meilleur comme le pire, je ne peux rester là », dit-il et il demande à Isabelle Croissant de le sortir de là. Cette dernière l’amène dans l’état source et l’invite à aller voir ce que fait sa fille – Monsieur LR a une fille, jeune adulte qui ne vit plus dans son foyer. Monsieur LR répond que sa fille est en train de dessiner. Isabelle Croissant l’interroge sur le dessin de sa fille, peut-il voir ce qu’elle est en train de dessiner ? Le patient indique que sa fille dessine un visage en noir et blanc.

De là, la jeune femme est contactée immédiatement après l’expérience pour vérification : elle est bien en train de dessiner mais pas en noir et blanc, son dessin est plutôt coloré et ne se compose pas d’un visage à proprement parlé mais de personnages où apparaissent plusieurs visages.